Espace Media Volkswagen France
> Volkswagen Group > Corporate > Volkswagen Group va étendre à ...

Communiqué de presse

13/03/2018

Volkswagen Group va étendre à grande échelle sa production mondiale de véhicules électriques


- « Roadmap E » accélère le rythme : 16 sites de production de véhicules électriques d'ici fin 2022

- De futurs partenariats conclus avec des fabricants de batteries en Europe et en Chine

- Matthias Müller, Président du Directoire de Volkswagen Group: « Les choses bougent vraiment. Un véritable changement de cap pour le supertanker Volkswagen, à toute vitesse vers le futur !

- Exercice 2017 : des résultats record malgré des milliards dépensés et liés à la question du diesel

- Frank Witter, Directeur Financier : « Les résultats de l'année 2017 montrent que nous œuvrons activement à la transformation de notre société. Nous poursuivrons nos efforts en 2018. »


Volkswagen Group accélère sa transition vers l'électro-mobilité. 16 sites à travers le monde produiront des véhicules électriques d'ici la fin 2022 a indiqué Matthias Müller, Président du Directoire de Volkswagen AG, lors de la conférence annuelle du Groupe à Berlin. Le Groupe produit actuellement des véhicules électriques sur trois sites et, dans deux ans, neuf autres usines du Groupe devraient être équipées à cette fin. Pour garantir une production suffisante de batteries en prévision du développement massif de la mobilité électrique, respectueuse de l'environnement, des partenariats ont été conclus avec des fabricants de batteries en Europe et en Chine. Ces contrats représentent un volume total d'environ 20 milliards d'euros. Une décision similaire sera bientôt prise en Amérique du Nord.

« Au cours des derniers mois, nous avons travaillé ardemment pour mettre en œuvre « Roadmap E » avec la rapidité et la détermination nécessaires », a expliqué Matthias Müller, Président du Directoire, à Berlin. Lorsque « Roadmap E » a été lancé à l'automne dernier, Volkswagen avait annoncé son intention de fabriquer jusqu'à trois millions de véhicules électriques par an d'ici 2025 et de commercialiser 80 nouveaux modèles électriques du Groupe. Cette année, neuf autres nouveaux véhicules, dont trois entièrement électriques, viendront s'ajouter au portefeuille électrique du Groupe, composé de huit véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Un certain nombre d'innovations du Groupe ont été présentées la semaine dernière au Salon Automobile de Genève, parmi lesquelles l'Audi e-tron, la Porsche Mission E et l’I.D. VIZZION, nouveau membre de la famille I.D. de Volkswagen. A partir de 2019, un nouveau véhicule électrique sera lancé « pratiquement tous les mois », a déclaré Matthias Müller : « Nous avons ainsi l'intention de proposer en quelques années, la plus grande gamme de véhicules électriques au monde, toutes marques et régions confondues. »

Le Président du Directoire a tenu à souligner que Volkswagen ne tournait pas pour autant le dos aux motorisations conventionnelles. Il a insisté sur le fait que les moteurs diesel modernes faisaient partie de la solution et non du problème, notamment en ce qui concerne le changement climatique. « Nous investissons massivement dans la mobilité de demain, sans négliger les technologies et les véhicules actuels qui continueront à jouer un rôle important dans les décennies à venir », a déclaré Matthias Müller. « En 2018, nous investissons près de 20 milliards d'euros dans notre portefeuille de véhicules conventionnels et de motorisations, avec plus de 90 milliards d'euros sur les cinq prochaines années ».

Un comité distinct présidé par Matthias Müller, travaille sur la numérisation au sein du Groupe, un enjeu majeur pour l'avenir. « L'avenir de la mobilité prend progressivement forme, tout comme l'avenir de Volkswagen Group », a déclaré M. Müller. Le meilleur exemple est le SEDRIC, qui a permis à Volkswagen Group de démontrer pour la première fois tout le potentiel de la conduite entièrement autonome. Le SEDRIC a été conçu au sein du Groupe « qu’il quittera bientôt pour se retrouver dans un produit de série proposé par l’une de nos marques », a annoncé Matthias Müller.

La transformation de l'ensemble du Groupe qui a débuté en 2016 devient « au fil des jours plus concrète, tangible et visible », a déclaré Matthias Müller. La TOGETHER - Strategy 2025 a été le déclic dont Volkswagen avait besoin. « 2017 a été une excellente année pour le Groupe Volkswagen et ses marques. Nous sommes repartis à l'offensive et nous avons l'intention de continuer sur cette voie », a souligné le Président du Directoire, ajoutant que cela s’applique à la mobilité électrique en particulier. « Avec « Roadmap E », nous avons envoyé un message fort de notre détermination ». C’est en 2017 que Volkswagen Group a lancé « Roadmap E », la plus grande offensive d’électrification de l’industrie automobile.

Le réalignement porte déjà ses fruits dans l'ensemble du Groupe. « Nous sommes financièrement solides et stratégiquement bien positionnés », a déclaré Matthias Müller. « Les choses bougent vraiment, et nous avons de nombreux autres projets. Un véritable changement de cap pour le supertanker Volkswagen, à toute vitesse vers le futur ! »

Volkswagen Group dispose des ressources financières nécessaires à la transformation. Malgré les milliards d’euros dépensés suite à la question du diesel, les liquidités nettes à fin 2017 sont restées à un niveau élevé de 22,4 milliards d’euros. « Les résultats de l’année 2017 montrent que nous œuvrons activement à la transformation de notre entreprise, explique Frank Witter, Directeur Financier. Et, en 2018, nous allons poursuivre nos efforts. » Au Forum DRIVE du Groupe Volkswagen de Berlin, qui accueillait pour la première fois la conférence annuelle des médias, le Directeur Financier a souligné que les résultats reflètent les solides performances opérationnelles du Groupe

Indicateurs clés de performance 2017 : bons résultats malgré la question du diesel

Volkswagen Group a clôturé l'exercice 2017 avec succès. Pratiquement tous les indicateurs clés de performance affichent des chiffres record, notamment en ce qui concerne le nombre de véhicules livrés : en 2017, 10,7 millions de clients dans le monde, plus que jamais, ont opté pour un modèle de l'une des marques du Groupe. Ce chiffre englobe les véhicules vendus par les joint-ventures chinoises, qui ont livré plus de 4,2 millions de véhicules en 2017 (y compris Hong Kong et les importations), soit 5,1 % de plus que l’année précédente.

Le chiffre d’affaires du Groupe a également atteint un nouveau record en 2017. « Avec 230,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le groupe affiche une hausse de 6,2 % par rapport à l’année précédente, ce qui constitue un nouveau record », explique Frank Witter, Directeur Financier. Le bénéfice d’exploitation est également au plus haut puisqu’il atteint 17 milliards d’euros avant éléments exceptionnels et 13,8 milliards d’euros après éléments exceptionnels. « Même après déduction des éléments exceptionnels, il s’agit du meilleur bénéfice d’exploitation jamais réalisé par Volkswagen Group », ajoute Frank Witter. La hausse résulte principalement de facteurs positifs liés au volume, au mix et à la marge, ainsi qu’à l’amélioration des coûts de production. La marge d’exploitation avant éléments exceptionnels passe de 6,7 % à 7,4 %.

Globalement, la baisse du bénéfice d’exploitation due à la question du diesel atteint -3,2 milliards d’euros en 2017, contre -6,4 milliards d’euros l’année précédente. Ces dépenses sur l’exercice 2017 sont principalement attribuables à la hausse des dépenses liées aux programmes de rachat et de modernisation des véhicules TDI 2.0 l et 3.0 l en Amérique du Nord et aux risques juridiques plus importants.

Contrairement aux livraisons, le chiffre d’affaires et le bénéfice d’exploitation du Groupe n’englobent pas l’activité des joint-ventures chinoises qui sont comptabilisées selon la méthode de la mise en équivalence. Les joint-ventures de la République populaire ont généré un bénéfice d’exploitation proportionnel de 4,7 milliards d’euros en 2017, contre un peu moins de 5 milliards d’euros l’année précédente. Une nouvelle joint-venture a été conclue avec le constructeur chinois Anhui Jianghuai Automobile (JAC) pour développer, produire et commercialiser des véhicules électriques. Le Groupe prévoit également, à une date ultérieure, d’exporter des véhicules fabriqués en Chine, initialement vers les Philippines, puis vers d’autres pays du sud-est asiatique.

Le résultat financier atteint 0,1 milliard d’euros en 2017 contre 0,2 milliard d’euros l’année précédente. Le bénéfice avant impôt de 13,9 milliards d’euros excède largement les 6,6 milliards d’euros de 2016. Le bénéfice après impôts atteint 11,6 milliards d’euros (5,4 milliards). Quant au taux d’imposition, il a considérablement baissé en 2017 puisqu’il n’est que de 16,3 % contre 26,2 % l’année précédente. Cette baisse résulte de la réforme fiscale adoptée en fin d’année aux États-Unis, qui a eu un effet positif hors trésorerie de 1 milliard d’euros.

Le bénéfice attribuable aux actionnaires de Volkswagen AG s'est élevé à 11,4 milliards d'euros (5,1 milliards d'euros). « Le Directoire et le Conseil de Surveillance sont heureux de pouvoir proposer aux actionnaires un dividende de 3,90 euros par action ordinaire et de 3,96 euros par action préférentielle » indique Frank Witter.

Les dépenses en recherche et développement ont porté principalement sur les nouveaux modèles ainsi que sur la numérisation, l’électrification du portefeuille de véhicules et une gamme de moteurs plus performante. Avec 12,6 milliards d’euros (12,8 milliards d’euros), les investissements en foncier, usine et équipements de la Division automobile restent stables par rapport à l'année précédente. Le ratio R&D (dépenses totales en recherche et développement) en % sur chiffre d’affaires de la Division automobile est en baisse à 6,7 % (7,3 %). Le ratio dépenses d’investissement/chiffre d’affaires baisse également de manière significative puisqu’il atteint 6,4 % contre 6,9 %. « Nous restons fidèles à notre objectif de réduire le ratio des dépenses d'investissement et R&D à six pourcent d’ici 2020 au plus tard », indique Frank Witter.

Le cash-flow net de la Division automobile a diminué de 10,3 milliards d’euros pour atteindre -6,0 milliards d’euros en raison des importantes sorties de trésorerie liées à la question du diesel. D’après Frank Witter, sans ces dépenses, le cash-flow net aurait atteint environ 10 milliards d’euros malgré le niveau élevé de dépenses d’investissement pour l’avenir. « Le cash-flow net reflète notre solide activité opérationnelle, une preuve indéniable de notre solidité financière », précise-t-il. À 22,4 milliards d’euros, les liquidités nettes de la Division automobile se maintiennent à un bon niveau fin 2017.

Marques et secteurs d’activité

Le chiffre d’affaires de la marque Volkswagen Véhicules Particuliers est en baisse de 24,3 % en 2017 par rapport à 2016, soit un montant de 80 milliards d’euros. Ce résultat est dû au reclassement d’entreprises. Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels atteint 3,3 milliards d’euros (1,9 milliard d’euros). La marge d’exploitation avant éléments exceptionnels est en hausse à 4,1 % (1,8 %). La question du diesel a généré des éléments exceptionnels pour un montant de -2,8 milliards d’euros (total de l’année précédente : -5,2 milliards d’euros).

A 60,1 milliards d'euros, le chiffre d'affaires de la marque Audi en 2017 a dépassé de 0,8 milliard d'euros le chiffre de l'année précédente. Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels de 5,1 milliards d’euros (4,8 milliards d’euros) est en hausse par rapport à 2016. Quant à la marge d’exploitation avant éléments exceptionnels, elle reste stable à 8,4 % (8,2 %). La question du diesel a généré des éléments exceptionnels pour un montant de -0,4 milliard d’euros (total de l’année précédente : -1,8 milliard d’euros). Les indicateurs de performance clés de la marque Audi englobent également les marques Lamborghini et Ducati.

Le chiffre d’affaires de la marque ŠKODA est en hausse de 20,8 % par rapport à 2016, avec 16,6 milliards d’euros réalisés au cours de l’exercice 2017. Le bénéfice d’exploitation a augmenté de 34,6 % pour atteindre 1,6 milliard d’euros ; la hausse résulte surtout des effets du volume et du mix. La marge d’exploitation est en hausse par rapport à l’année précédente, passant de 8,7 % à 9,7 %.

SEAT a poursuivi sa tendance à la hausse en 2017. Avec 9,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires, la marque améliore son record de l’année précédente de 11,2 %. Le bénéfice d’exploitation est, lui aussi, en hausse de 24,8 % à 191 milliards d’euros (153 milliards d’euros). L’amélioration du volume, les effets positifs du mix et l’amélioration des marges ont compensé les effets négatifs des hausses de coûts. SEAT affiche une marge d’exploitation de 1,9 % (1,7 %).

Bentley a enregistré un chiffre d’affaires de 1,8 milliard d’euros en 2017, soit un recul de 9,2 % par rapport à l’année précédente. Le bénéfice d’exploitation a lui aussi diminué à 55 millions d’euros (112 millions d’euros) et la marge d’exploitation atteint 3,0 % (5,5 %).

L’exercice 2017 est une fois encore un succès pour Porsche Automobile qui enregistre un chiffre d’affaires de 21,7 milliards d’euros (20,7 milliards d’euros), soit une hausse de 4,7 %. Le bénéfice d’exploitation de la marque augmente de 7,2 % pour atteindre 4,0 milliards d’euros ; cette hausse est principalement liée à l’augmentation du volume. La marge d’exploitation atteint 18,5 % (18,0 %).

Volkswagen Véhicules Utilitaires génère un chiffre d’affaires de 11,9 milliards d’euros (11,1 milliards d’euros) sur l’exercice 2017. Malgré des coûts plus élevés résultant de l'expansion du réseau de production, le bénéfice d’exploitation est en hausse de 87,6 % à 853 millions d’euros en raison des effets de la marge, du volume et des taux de change, ainsi que de l’optimisation des coûts de production. La marge d’exploitation affiche une hausse significative de 7,2 % (4,1 %).

Le chiffre d’affaires de la marque Scania a progressé de 1,5 milliard d'euros en glissement annuel à 12,8 milliards d'euros (11,3 milliards d'euros). Quant au bénéfice d’exploitation (le résultat de l’année précédente excluait les éléments exceptionnels), il s’est amélioré à 1,3 milliard d’euros (1,1 milliard d’euros). Ce résultat est dû à la hausse des ventes et au développement de l’activité de service. Sur l’exercice, la marge d’exploitation (le résultat de l’année précédente excluait les éléments exceptionnels) atteint 10,1 % (9,5 %).

Le chiffre d’affaires de Véhicules Utilitaires MAN est en hausse de 10,8 % par rapport à l’année précédente, à 11,1 milliards d’euros. Le bénéfice d’exploitation (le résultat de l’année précédente excluait les éléments exceptionnels) est en hausse à 362 millions d’euros (230 millions d’euros) en raison des effets du volume et de la marge. Le programme d’avenir a également eu un effet positif. La marge d’exploitation (le résultat de l’année précédente excluait les éléments exceptionnels) atteint 3,3 % (2,3 %).

Le chiffre d’affaires de la division Ingénierie électrique diminue à 3,3 milliards d’euros (3,6 milliards d’euros). Le bénéfice d’exploitation (le résultat de l’année précédente excluait les éléments exceptionnels) atteint 193 millions d’euros (194 millions d’euros) et sa marge d’exploitation (le résultat de l’année précédente excluait les éléments exceptionnels) augmente pour atteindre 5,9 % (5,4 %).

Depuis le 1er janvier 2017, les résultats de l’activité services financiers de Porsche sont intégrés à ceux de Volkswagen Services Financiers. L’année dernière, Volkswagen Services Financiers a généré un chiffre d’affaires de 31,8 milliards d’euros, soit une hausse de 15,5 % par rapport à l’année précédente. Avec un excellent résultat de 2,5 milliards d’euros, le bénéfice d’exploitation dépasse le record de l’année précédente pour atteindre 16,9 %. Outre l’inclusion des revenus de Porsche Services Financiers, cette hausse est principalement due à l’amélioration des marges et à la croissance de l’activité.

Prévisions pour 2018

Pour l’année, le Groupe prévoit une légère augmentation des livraisons de Volkswagen Group par rapport à 2017. Les défis de l'exercice en cours seront liés principalement à la situation économique, à la concurrence accrue, à la volatilité des taux de change et à la question du diesel. L’UE s’est également dotée d’une nouvelle procédure de test plus longue pour évaluer les émissions de polluants et de CO2 ainsi que la consommation de carburant des véhicules particuliers et des véhicules utilitaires légers (WLRP).

Le chiffre d’affaires de Volkswagen Group devrait augmenter d’environ 5 % par rapport à 2017. En termes de bénéfice d’exploitation, le Groupe continue à tabler sur une marge d’exploitation de 6,5 % à 7,5 %.

Visuels

DB2018AL00309large-jpg
Visualiser
Télécharger : Haute Définition