Espace Media Volkswagen France
> Volkswagen Group > Résultats > Chiffre d’affaires et résultat en ...

Communiqué de presse

02/05/2019

Chiffre d’affaires et résultat en hausse pour le Groupe Volkswagen au premier trimestre

- Le Groupe Volkswagen confirme ses objectifs 2019 de livraisons, de chiffre d’affaires et de bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels
- Le Groupe Volkswagen a livré 2,6 millions de véhicules (-2,8%)
- Chiffre d’affaires du Groupe de 60 milliards d’euros, en hausse de 3,1% par rapport à l’année précédente

- Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels progresse de 0,6 milliard d’euros à 4,8 milliards d’euros, en tenant compte de l’augmentation en glissement annuel de l’évaluation à la juste valeur des dérivés qui atteint 0,4 milliard d’euros
- Bénéfice d’exploitation de 3,9 milliards d’euros (4,2 milliards d’euros) ; éléments exceptionnels négatifs résultant des risques juridiques pour 1 milliard d’euros
- Bénéfice avant impôts de 4,1 milliards d’euros (4,5 milliards d’euros).
- Liquidités nettes de la Division Automobile : 16 milliards d’euros ; effet négatif de 5,1 milliards d’euros résultant de l’application de la nouvelle norme IFRS 16
- Frank Witter, Directeur Financier : « Une fois encore, le Groupe Volkswagen a bien commencé l’année. Le chiffre d’affaires et l’augmentation du résultat sur les trois premiers mois de l’exercice en cours sont encourageants. Mais nous devons continuer à accélérer le rythme de notre transformation. »

Le Groupe Volkswagen confirme ses objectifs annuels de livraisons, de chiffre d’affaires et de bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels. Sur les trois premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires du Groupe atteint 60 milliards d’euros, soit une hausse de 3,1% par rapport à l’année précédente. Cette amélioration, enregistrée en dépit de la baisse du volume de livraisons, résulte principalement d’améliorations du mix et des bonnes performances de la division Services Financiers. Le bénéfice d’exploitation de 11,7 milliards d’euros est stable par rapport à l’année précédente (11,6 milliards d’euros). Le bénéfice d'exploitation avant éléments exceptionnels progresse de 0,6 milliard d’euros à 4,8 milliards d'euros. La marge d’exploitation avant éléments exceptionnels atteint 8,1% (7,2%). Les effets positifs résultant de l’évaluation à la juste valeur des gains et pertes sur certains dérivés, les améliorations du mix et du positionnement des prix et la tendance favorable des taux de change ont largement compensé l’augmentation des coûts fixes et la baisse des ventes. Des éléments exceptionnels négatifs pour un montant de 1 milliard d’euros résultant des risques juridiques ont conduit à une baisse de 0,3 milliard d’euros du bénéfice d’exploitation qui atteint 3,9 milliards d’euros. La part des profits ou pertes attribuable aux participations évaluées par équivalence et la part des profits et pertes des joint-ventures chinoises comprises dans ce montant sont stables par rapport à l’année précédente à 800 millions d’euros. Le bénéfice avant impôt de 4,1 milliards d’euros est en baisse par rapport à la même période l’année précédente (4,5 milliards d’euros). Les liquidités nettes de la Division automobile s’élèvent à 16 milliards d’euros.

 
 « Une fois encore, le Groupe Volkswagen commence bien l’année, note Frank Witter, Directeur Financier de Volkswagen AG. Le chiffre d’affaires et l’augmentation du résultat sur les trois premiers mois de l’année sont encourageants. La mesure des instruments financiers dérivés (un poste qui affiche généralement un degré de volatilité élevé) a également eu un impact positif sur le bénéfice d’exploitation. Globalement, nous devons continuer à accélérer le rythme de la transformation. Nous sommes également confrontés à des défis liés au renforcement des risques économiques mondiaux. Nous maintenons néanmoins nos objectifs pour 2019. »
 
Marques et secteurs d’activité
 
Le chiffre d’affaires de la marque Volkswagen Véhicules Particuliers atteint 21,5 milliards d’euros au premier trimestre, soit une hausse de 7,1%. Le bénéfice d'exploitation avant éléments exceptionnels s’est amélioré pour atteindre 921 millions d'euros (879 millions d'euros). Les améliorations du mix et du positionnement des prix ainsi que l’évolution positive des coûts ont compensé l’impact de la baisse des volumes et les effets négatifs des taux de change. Au cours de la période de référence, les éléments exceptionnels négatifs s’élèvent à 400 millions d’euros.
 
Le chiffre d’affaires de la marque Audi est en baisse à 13,8 milliards d’euros (15,3 milliards d’euros) en raison, entre autres, de la nouvelle répartition des sociétés de vente. Son bénéfice d’exploitation de 1,1 milliard d’euros est stable par rapport à l’année précédente (1,3 milliard d’euros). Les améliorations du mix et des marges ainsi que les effets de change positifs n’ont pas réussi à compenser l’impact négatif des lancements de modèles, des suppressions progressives associées à l’initiative produit et des fluctuations du portefeuille résultant de la norme WLTP ainsi que les dépenses initiales plus élevées destinées aux nouveaux produits et technologies. À compter de l’exercice 2019, les sociétés de vente multimarques sont séparées de la marque Audi dans le but d’améliorer la transparence et la comparabilité globales.
 
Le chiffre d’affaires de la marque ŠKODA a augmenté de 8,2% à 4,9 (4,5) milliards d’euros au cours de la période de référence. Le bénéfice d’exploitation de 410 milliards d’euros est en baisse. Cette baisse résulte principalement des effets de change négatifs et de la hausse des coûts. Parallèlement, l’amélioration des volumes et les mesures de tarification ont eu un impact positif.
 
Le chiffre d’affaires de la marque SEAT atteint 3,1 milliards d’euros (2,8 milliards d’euros) au premier trimestre. Son bénéfice d’exploitation progresse de 5,5% pour atteindre 89 millions d’euros en raison des effets du volume et du mix. Cette évolution positive a largement compensé l’impact négatif des hausses de coûts.
 
Le chiffre d’affaires de la marque Bentley augmente pour atteindre 456 millions d’euros (351 millions d’euros) au premier trimestre. Le bénéfice d’exploitation progresse également à 49 millions d’euros (-44 millions d’euros), principalement en raison de la disponibilité de la nouvelle Bentley Continental GT ainsi que des effets du mix et des tendances de change favorables.
 
Le chiffre d’affaires de 5,2 milliards d’euros de Porsche Automotive est en légère baisse par rapport à la même période de 2018 (5,4 milliards d’euros). Son bénéfice d’exploitation diminue de 11,6% pour atteindre 829 millions d’euros en raison de la baisse des volumes liée à la production et au marché.
 
Volkswagen Véhicules Utilitaires affiche un chiffre d’affaires de 3,3 milliards d’euros (2,9 milliards d’euros), en hausse de 11,8% par rapport au premier trimestre 2018. La croissance des volumes, l’amélioration du mix et la tendance favorable des taux de change ont notamment conduit à une hausse de 29,9% du bénéfice d’exploitation qui atteint 291 millions d’euros.
 
Scania Vehicles and Services enregistre un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros (3 milliards d’euros). Son bénéfice d'exploitation de 370 millions d'euros est en hausse (301 millions d'euros). L’augmentation des ventes, l’amélioration de l’activité pièces et services et la tendance favorable des taux de change ont largement compensé l’impact négatif des hausses de coûts.
 
MAN Véhicules Utilitaires enregistre un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros (2,8 milliards d’euros) sur de la période de référence. Le bénéfice d’exploitation est en forte progression à 115 millions d’euros (83 millions d’euros), principalement en raison des effets de volumes.
 
Power Engineering a réalisé un chiffre d'affaires de 891 millions d'euros (766 millions) au premier trimestre 2019. Son bénéfice d’exploitation diminue à 9 millions d’euros (21 millions d’euros).
 
Au cours des trois premiers mois de l’exercice, Volkswagen Financial Services a vu son bénéfice d’exploitation croître pour atteindre 638 millions d’euros (608 millions d’euros).
 
Diminution des liquidités nettes de la Division Automobile en raison de l’IFRS 16
 
À fin mars 2019, les liquidités nettes de la Division Automobile s’élevaient à 16 milliards d’euros. L’obligation instaurée par la nouvelle norme IFRS 16 de comptabiliser les obligations locatives au bilan depuis le 1er janvier 2019 conduit à une hausse de 5,1 milliards d’euros des emprunts contractés auprès de tiers pour la Division Automobile au 31 mars 2019. En conséquence, cet effet comptable entraîne  une baisse significative des liquidités nettes de la Division Automobile (19,4 milliards d’euros) par rapport au montant déclaré au 31 décembre 2018.
 
Perspectives
 
En 2019, le Groupe Volkswagen continue à prévoir une légère augmentation de ses livraisons par rapport à l’année précédente sur un marché toujours exigeant. Les défis découleront en particulier de la situation économique, de l'intensification de la concurrence, de la volatilité des taux de change et des exigences plus strictes en matière de norme WLTP. Volkswagen estime toujours que le chiffre d’affaires du Groupe Volkswagen pourrait augmenter de 5% par rapport à l’année précédente. En termes de bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels pour le Groupe et le segment Véhicules Particuliers, les prévisions tablent sur une marge d’exploitation comprise entre 6,5% et 7,5% en 2019. Pour la division Véhicules Utilitaires, cette marge d’exploitation devrait se situer entre 6% à 7%. En ce qui concerne le secteur d’activité Power Engineering, les prévisions tablent sur une perte similaire à celle de l’année précédente en raison d’une légère hausse du chiffre d’affaires. Pour la Division Services Financiers, Volkswagen prévoit une légère hausse du chiffre d’affaires et du bénéfice d’exploitation par rapport à l’année précédente. Après inclusion des éléments exceptionnels, la marge d’exploitation devrait se situer dans le bas de la fourchette prévue, que ce soit pour le Groupe ou pour le segment Véhicules Particuliers.