Espace Media Volkswagen France
> Volkswagen Group > Corporate > Volkswagen confirme ses objectifs de ...

Communiqué de presse

30/10/2018

Volkswagen confirme ses objectifs de chiffre d’affaires et de bénéfice

- Hausse de 4,2% des livraisons du Groupe Volkswagen sur les neuf premiers mois de l’année, malgré les difficultés liées à la procédure de test WLTP
- Chiffre d’affaires du Groupe en hausse de 2,7% à 174,6 milliards d’euros en raison de facteurs liés aux volumes
- Bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels de 13,3 milliards d’euros, stable par rapport à 2017
- Légère hausse du bénéfice d’exploitation à 10,9 milliards d’euros ; les éléments exceptionnels négatifs liés à la question du diesel atteignent 2,4 milliards d’euros, contre 2,6 milliards d’euros l’année précédente
- Hausse de 2,2 milliards d’euros du bénéfice avant impôt qui atteint 12,5 milliards d’euros
- Liquidités nettes de la Division Automobile : 24,8 milliards d’euros
- Herbert Diess, Président du Directoire : « Les neuf premiers mois de l’exercice sont encourageants. Nous restons confrontés à des enjeux majeurs. »
 
La croissance s’est poursuivie sur les neuf premiers mois de l’année pour le Groupe Volkswagen, qui est en bonne voie pour atteindre ses objectifs de chiffre d’affaires et de bénéfice. Malgré le passage à la nouvelle procédure de test WLTP, qui a entraîné une baisse temporaire des ventes, particulièrement en Europe, les principaux indicateurs du Groupe pour les neuf premiers mois de l’année sont supérieurs à ceux de l’année précédente. En hausse, le chiffre d’affaires du Groupe atteint 174,6 milliards d’euros contre 170,1 milliards d’euros pour la même période de l’année précédente. À 13,3 milliards d’euros (année précédente : 13,2 milliards d’euros), le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels est stable, avec une marge d’exploitation de 7,6%. Au cours des neuf premiers mois, la question du diesel a généré des éléments exceptionnels pour un montant de 2,4 milliards d’euros (année précédente : 2,6 milliards d’euros). Le bénéfice avant impôt est en hausse de 2,2 milliards d’euros, atteignant 12,5 milliards d’euros. Les liquidités nettes de la Division Automobile atteignent 24,8 milliards d’euros.
 
« Les neuf premiers mois de l’exercice sont encourageants, explique Herbert Diess, Président du Directoire de Volkswagen AG. Nous restons confrontés à des enjeux majeurs, que nous devrons surmonter comme l’ensemble du secteur automobile. Sachant que nous sommes actuellement en plein milieu d’une transformation majeure, nous devons continuer à accélérer le rythme. »
 
La tendance positive des trois premiers trimestres résulte d’une amélioration globale des ventes de véhicules. Au cours des neuf premiers mois de l’année, le Groupe Volkswagen a livré 8,1 millions de véhicules à travers le monde, soit une hausse de 4,2 % par rapport à la même période de l’année précédente. La solide progression du premier semestre et des mois d’été a permis de compenser la baisse des livraisons au mois de septembre, qui est principalement dû à la transition vers la procédure WLTP.
 
Une des premières causes de cette évolution est la progression solide et continue de l’activité en Chine. Le chiffre d’affaires et les bénéfices d’exploitation des joint-ventures chinoises ne sont pas inclus dans les chiffres du Groupe. Ces entreprises sont comptabilisées selon la méthode de la mise en équivalence et ont enregistré un bénéfice d’exploitation proportionnel de 3,3 milliards d’euros (année précédente : 3,3 milliards d’euros). Le différend commercial entre la Chine et les États-Unis a notamment freiné l’activité et refroidi la confiance des consommateurs, conduisant à un net recul du marché au troisième trimestre.
 
Légère baisse des liquidités nettes de la Division Automobile
 
A fin septembre 2018, les liquidités nettes de la Division automobile s’élevaient à 24,8 milliards d’euros. Cela équivaut à une légère baisse de 2,6% d'une année sur l'autre. Les coûts de recherche et développement s’élèvent à 9,9 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année, un résultat stable par rapport à l’année précédente ; le ratio de R&D atteint 6,6% (année précédente : 6,8%). Le ratio Capex sur le chiffre d’affaires de la Division Automobile s’élève à 7,9 milliards d’euros, contre 7,1 milliards d’euros sur la même période l’année précédente. Par conséquent, le ratio Capex sur le chiffre d’affaires de la Division Automobile grimpe donc à 5,3%. « Le Groupe Volkswagen possède la solidité financière nécessaire pour financer les importants investissements qu’il prévoit de réaliser dans les années à venir, en utilisant ses propres ressources. Nous continuons à penser qu’il est essentiel de maintenir une stricte discipline financière tout en mettant l’accent sur des secteurs d’avenir clés », réaffirme Frank Witter, membre du Directoire du Groupe en charge des Finances et de l’Informatique.
 
Perspectives
 
Le Groupe Volkswagen a confirmé ses objectifs pour l’exercice en cours, malgré des conditions de marché toujours difficiles. Le Groupe prévoit une légère hausse des livraisons en 2018 par rapport à l’année précédente. Le chiffre d’affaires du Groupe Volkswagen et de ses secteurs d’activité devrait augmenter de 5% par rapport à l’année précédente. En termes de bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels pour le Groupe et le segment Véhicules Particuliers, les prévisions tablent sur une marge d’exploitation comprise entre 6,5% et 7,5% en 2018. En tenant compte des éléments exceptionnels, la marge d’exploitation devrait être légèrement inférieure à ce qui était prévu, tant pour le Groupe que pour le segment Véhicules Particuliers.
 
Marques et secteurs d’activité
 
Le chiffre d’affaires de Volkswagen Véhicules Particuliers a augmenté de 7,3% au cours des neuf premiers mois de l’année pour atteindre 62,5 milliards d’euros. Son bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels s’élève à 2,3 milliards d’euros (2,5 milliards d’euros). Outre la transition vers la procédure WLTP, l’augmentation des dépenses de distribution résultant de facteurs tels que la prime à la casse, les effets de change et les dépenses initiales pour les nouveaux produits, particulièrement liées au lancement de la campagne sur la mobilité électrique, a pesé sur le bénéfice d’exploitation. La hausse des ventes de véhicules et l’amélioration des coûts de production ont, toutefois, eu un effet positif. La question du diesel a généré des éléments exceptionnels pour un montant de 1,6 milliard d’euros.
 
Le chiffre d’affaires de la marque Audi a augmenté sur les neuf premiers mois de l’année pour atteindre 44,3 milliards d’euros (44 milliards d’euros). Son bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels s’élève à 3,7 milliards d’euros (3,9 milliards d’euros). L’amélioration du mix et les effets de change positifs n’ont pas pu compenser la baisse des ventes de véhicules et l’augmentation des coûts de vente, qui sont en partie dues à la transition vers la procédure WLTP. La question du diesel a généré des éléments exceptionnels pour un montant de 0,8 milliard d’euros. Les indicateurs de performance clés de la marque Audi incluent les marques Lamborghini et Ducati.
 
Avec 12,6 milliards d’euros le chiffre d’affaires de ŠKODA est en hausse de 2,1% par rapport à la même période 2017. Le bénéfice d’exploitation de 1,1 milliard d’euros a diminué de 10,2%, en raison notamment des effets de change et de mix négatifs qui sont venus s’ajouter à une hausse des dépenses initiales pour les nouveaux produits. Toutefois, l’optimisation des coûts et l’amélioration du positionnement des prix ont eu un effet positif.
 
Le chiffre d’affaires de SEAT atteint 7,7 milliards d’euros au cours des neuf premiers mois, soit une hausse de 6,7% par rapport à la même période de l’année précédente. Le bénéfice d’exploitation a augmenté de 54,4% pour atteindre 237 millions d’euros, les effets négatifs des dépenses initiales pour les nouveaux produits ayant été largement compensés par les effets de volume et de mix positifs.
 
Le chiffre d’affaires de la marque Bentley a légèrement reculé à 1,1 milliard d’euros (1,3 milliard d’euros). Le résultat d’exploitation s’élève à -137 millions d’euros (31 millions d’euros), principalement en raison des effets de change et des retards dans le lancement de la nouvelle Continental GT.
 
Le chiffre d’affaires de Porsche est en hausse sur les neuf premiers mois de l’année à 17,5 milliards d’euros (15,7 milliards d’euros). Le bénéfice d’exploitation a augmenté de 10,6% pour atteindre 3,2 milliards d’euros, en raison notamment des effets positifs du mix et d’une hausse des volumes.
 
Le chiffre d’affaires de Volkswagen Véhicules Utilitaires s’est élevé à 8,6 milliards d’euros, soit une baisse de 3,9% par rapport à la même période 2017. Malgré les effets positifs du mix et l’optimisation des coûts des matériaux, la tendance défavorable des taux de change et les enjeux liés à la procédure WLTP ont joué un rôle majeur dans la baisse de 10% du bénéfice d’exploitation qui s’élève à 628 millions d’euros.
 
Le chiffre d’affaires de la marque Scania atteint 9,6 milliards d’euros (9,3 milliards d’euros) sur les neuf premiers mois de l’année. Scania a généré un bénéfice d’exploitation de 991 millions d’euros (947 millions d’euros), principalement en raison de la hausse des volumes, de taux de change favorables et d’une amélioration de l’activité services financiers. La hausse des coûts a eu un effet négatif.
 
Le chiffre d’affaires de MAN Véhicules Utilitaires est en hausse sur les trois premiers trimestres de l’année à 8,6 milliards d’euros (8 milliards d’euros). Le résultat d’exploitation est, quant à lui, en baisse à 222 millions d’euros (269 millions d’euros), la hausse des volumes n’ayant pas pu compenser les dépenses engagées dans le cadre de la restructuration des activités en Inde.
 
MAN Power Engineering a enregistré un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros (2,4 milliards d’euros) au cours de la période de référence. Le bénéfice d’exploitation atteint 142 millions d’euros (107 millions d’euros)
 
Sur les neuf premiers mois de l’année 2018, le bénéfice d’exploitation de Volkswagen Financial Services atteint 1,9 milliard d’euros, soit une hausse de 8,6%. Ce résultat positif est notamment dû à la croissance de l’activité.

Visuels

DB2018NR00043large-jpg
Visualiser
Télécharger : Haute Définition